ASSOCIATION MANCHA

Assemblée Générale – Vendredi 16 juin 2017 – 18 heures

Etaient présents :

Jean-Marie Ciamporciero, Président

Noël Bughin, Trésorier – Chantal Texier, Secrétaire

Gilles Groult, référent communication – Rémy Bétremieux, référent établissements scolaires et Inspection d’Académie – José Contreras Ventura, référent avec le Trident – Luis Bustamante, référent.

Ordre du Jour :

  • Rapport d’activités
  • Rapport moral
  • Rapport financier
  • Questions diverses

Rapport d’activités :

L’association Mancha c’est pour une grande part la Cinemovida, ce festival est un temps fort, et un grand moment de convivialité.

La manifestation 2017 s’est déroulée du 23 janvier au 11 février, avec pour thème l’Andalousie et le Pérou.

Il faut aujourd’hui en tirer les enseignements et présenter les orientations futures.

Le président souhaite avoir une pensée pour Philippe Lebourgeois, adhérent de Mancha, qui est décédé au mois d’avril. Il lui rend hommage, c’était un acteur principal de la préparation et du déroulement de la manifestation « Passion Cheval » qui avait eu lieu il y a trois ans.

Jean-Marie Ciamporciero remercie la ville de Cherbourg en Cotentin. Merci à Alina Santa Cruz pour son implication dans l’animation proposée sur le Pérou, pays aux multiples facettes.

Remerciements également au chef cuisinier Ricardo, ses deux ateliers ont attiré du monde, c’est au total 30 personnes qui sont venus écouter, cuisiner avec lui. La cuisine éphémère se situait au local. 20 adhérents supplémentaires nous ont rejoints à cette occasion. C’était un plaisir d’avoir fait la connaissance de ce cuisinier péruvien. Cette animation doit faire partie du festival.

L’accueil de M. Pita à l’espace culturel Leclerc a été une réussite. C’est un homme humble, cultivé et très intéressant à écouter.

Ponele Color a apporté sa musique colorée. Tout le monde a apprécié sa présence.

Les films au programme ont été présentés pour la seconde année consécutive aux enseignants d’espagnol, en amont du festival. Il faut poursuivre dans cette voie.

Le président évoque l’inauguration de la Cinemovida en présence du groupe de musique et danse Al Doce, et de Patricio Guzman, réalisateur. Cette soirée s’est poursuivie à l’Odéon avec la projection de « Le bouton de nacre » film documentaire chilien de P. Guzman en sa présence. Un remerciement particulier aux enseignants qui ont permis cela.

Zindy Zalgado Gomez, alors directrice de l’Odéon, a fait une bonne programmation de 15 films qualité dont 3 en avant-première. Elle en est ici remerciée. M. Groult précise que CinéSaire à Réville a programmé en avril « Fausta » drame espagnol et péruvien de Claudia Llosa qui faisait partie de la Cinemovida, suivi d’un débat.

Son départ de Cherbourg est à regretter tant les liens avec l’association étaient agréables ; la nouvelle directrice semble partante pour poursuivre dans le même sens.

Une baisse de fréquentation des scolaires à la projection des films est à déplorer.

Le superbe film « Bayond Flamenco » de Carlos Saura était un voyage musical sur l’évolution de la rota dans les diverses régions d’Espagne, suivi d’un entract’ dinatoire très apprécié, puis d’un spectacle de danse avec Al Doce.

L’apéro-concert du 1er février était un métissage de la culture musicale avec la participation du groupe Ponele Color. Comme à chaque fois ce moment attire du monde.

Le concert d’orgue a attiré encore une fois un large public puisque pas moins de 100 personnes y ont assisté. Gilles Groult et Luis Bustamante en sont remerciés, ils répondent toujours présents pour son organisation.

La Tuna de Lisieux avec 40 personnes sur scène a enchanté les nombreux spectateurs au Théâtre des Miroirs de La Glacerie pour la soirée de clôture de cette 27ème Cinemovida.

Les conférences de Gilles Groult sont toujours une réussite (Andalousie, Littérature sud-américaine). Qu’il en soit remercié.

« Sigo Siendo », le film de Cesar Santa Cruz, est un documentaire qui entraîne les spectateurs dans un voyage au cœur des mondes du Pérou à travers la vie de ses musiciens. Sa projection était suivie d’un débat.

La dégustation de vins avec l’association AOC est un temps fort du festival. Les vins andalous étaient à l’honneur cette fois-ci.

De nombreuses expositions ont été proposées, tant à l’IUT, à la Bibliothèque Universitaire, à la Maison de l’Etudiant et à Presqu’Ile Habitat, dont « Tierras del Sur » de Pedro Leal, le Pérou de Jacques Langlois, « Todo es ritmo », renouveau de l’identité culturelle des afro-péruviens », ou encore l’Andalousie, et enfin « Rythme de l’esclavage », série d’estampes de Cesar Octavio Santa Cruz.

La journée de l’espagnol à l’IUT est un rendez-vous incontournable, il faudra juste revoir le lieu pour les conférences qui ne doivent plus être à proximité de l’atelier musical. A ce sujet Rémy Bétrémieux a précisé que dans le cadre du Brevet 2017 de fin de 3ème, 6 élèves ont présenté un dossier sur leurs années « collège », ont planché sur cette journée de l’espagnol, et certains l’ont présenté en espagnol. C’est une excellente chose.

Le Président évoque le chalet (prêté par la Ville) qui, avec l’autorisation de Ports Normands Associés, était implanté près du pont tournant.

Les cours de flamenco, l’un avec Al Doce, l’autre avec Ponele Color ont été appréciés.

 

Pour terminer, Jean-Marie Ciamporciero revient sur la Ruta de la Tapa pour laquelle 6 bars avaient répondu présents, durant les jeudis du festival.

——–

ADOPTE à l’unanimité

——–

Rapport moral :

Avec un programme riche et varié, la 27ème Cinemovida fut un réel succès, malgré quelques points à revoir.

L’association compte à ce jour un peu plus de 101 adhérents.

La presse écrite et la radio locale ont parfaitement bien relayé l’évènement.

Jean-Marie Ciamporciero insiste pour dire que le Festival est préparé grâce à l’engagement associatif. Il adresse un grand merci à Pedro Leal pour son implication depuis de nombreuses années dans l’élaboration de l’affiche, et pour son exposition « Tierras del Sur ».

Des remerciements appuyés sont adressés au magasin Leclerc de Tourlaville, au restaurant Universitaire, à la Bibliothèque Universitaire, à la Maison de l’Etudiant, au Théâtre des Miroirs de la Glacerie, à Jean-Philippe Mauger pour l’Orgue, aux membres du bureau de Mancha pour leur implication, chacun dans son domaine.

La cabane, dite chiringuito, n’a pas attiré la foule car mal positionnée dans un endroit non passant et trop loin de points stratégiques. Cet emplacement est à revoir si reconduite en 2018. L’idée d’un triporteur par contre pourrait être plus ludique et plus visible.

L’organisation de la Ruta de la Tapa est à réétudier à l’avenir. Les contacts avec les bars sont bons. Un seul jeudi serait préférable mais avec une ambiance musicale.

Le site internet de l’association manque de dynamisme et c’est un point à étudier. Quant à la page Facebook Mancha elle est actualisée régulièrement.

Sur le plan financier, il est primordial, selon le Président, de rechercher d’autres financements près de la Région, du Département, faire des appels à projets. Par exemple, le Crédit Mutuel et la CCI sponsorisent le festival du cinéma espagnol de Nantes. Gilles Groult se charge des contacts.

Un retour sur la projection des films aux enseignants d’espagnol. L’association doit monopoliser au mieux les établissements scolaires et ce, dès la rentrée de septembre prochain afin d’évoquer le thème de la Cinemovida 2018 et ainsi leur permettre de l’inclure dans leur programme scolaire.

Le président demande à solliciter les commerçants de la Ville pour la prochaine édition.

Suite à la nomination d’un nouveau directeur du Trident, celui-ci a demandé à rencontrer le président. Il ne semble pas opposé à travailler avec l’association Mancha durant le festival, mais ce ne sera que pour 2019, puisque la programmation du Trident pour 2018 est déjà actée. Au sujet d’éventuelles mises à disposition du Foyer du Théâtre, la demande doit être faite à la ville (40 jours dans l’année où la ville peut le prêter aux associations).

Quelques projets de l’association à venir :

  • A la demande de la bibliothèque du Centre Leclerc de Tourlaville, qui propose déjà des livres en anglais, il faut réfléchir à la mise à disposition de livres en langue espagnole ;
  • La reconduite de la manifestation Passion Cheval est à prévoir durant le dernier trimestre 2017 ;
  • Un voyage en Andalousie pourrait être programmé aux adhérents au printemps 2018. Un dossier est à constituer en ce qui concerne le transport, le logement sur place… ;
  • Reconduite les ateliers de cuisine, mais trouver un local approprié (le Totem par exemple qui, selon Alina Santa Cruz serait idéal) ;
  • Les cours de flamenco seront reconduits dès la rentrée de septembre avec la danseuse du groupe Al Doce, les contacts sont déjà pris, mais il reste à trouver une salle ;
  • Pour information, le forum des associations de la ville de Cherbourg en Cotentin aura lieu le samedi 9 septembre 2017. Cette date est à retenir pour informer aux mieux les visiteurs, et mobiliser les membres de Mancha ;
  • Une nuit de projection de film est à étudier en relation avec l’Odéon, et la nouvelle directrice de l’Odéon ; par exemple la présence de Carlos Saura, réalisateur et scénariste de cinéma espagnol, célèbre aussi pour ses photographies…
  • Une soirée salsa ou tango pourrait être envisagée.

Enfin, quelques mots sur le projet de jumelage de la Ville de Cherbourg en Cotentin avec la ville de Chiclana en Espagne. Il est en bonne voie aujourd’hui. Il existe des liens importants qu’il faut absolument mettre en avant comme le précise Luis Bustamante, précisions étant faites que le Maire de Chiclana est biologiste marin. Mancha, « porteur » du projet, doit faire des propositions précises.

——–

ADOPTE à l’unanimité

——–

 

Rapport financier :

La parole est donnée à Noël Bughin ; il revient sur le fait que la Cinemovida représente une grande partie de l’activité de l’association.

Il évoque chapitre par chapitre. Le budget est sain.

——–

ADOPTE à l’unanimité

——–

Questions diverses :

Il est décidé de fixer l’entrée de la soirée dégustation de vins à 6 euros.

Le montant des adhésions est fixé à 15 euros pour une personne, 22 euros pour un couple.

Fin de l’assemblée générale, suivie d’un vin d’honneur.