CRISTINA REYES/Chiclana

Le photographe chiclanero a participé à de nombreuses expositions et la qualité de son œuvre lui a valu plusieurs prix et reconnaissances. Photographe, bien que d’abord peintre, il a commencé à prendre des photos avec l’idée de les mettre sur une toile. Actuellement, il se consacre à ces deux choses. Il est considéré comme un amateur de cet art, et mène ses prises de vue dans différents concours provinciaux et nationaux. C’est à partir de 1979 qu’il commence sa vocation photographique et décide de se consacrer à la photographie comme professionnel.

Depuis, il combine ces deux facettes, celle de photographe professionnel et celle de photographe créatif. La caméra l’accompagne toujours et bien qu’il dit qu’il n’a pas beaucoup voyagé, quand il part en voyage il profite toujours et combine tourisme et photographie. Une autre chose qui le caractérise est son penchant pour les autoportraits. Il les a dans différentes parties du monde comme Bruxelles, Paris, Cherbourg et la Normandie, Marrakech, Tanger ou Porto, entre autres, où il cherche des situations curieuses à intégrer dans la photographie.

Il a récemment découvert le travail de la photographe Vivian Maier, décédée en 2009, qui utilisait également cette technique, ce que Pedro a trouvé très curieux car elle faisait la même chose que lui, se dépeindre partout. Le photographe trouve l’inspiration dans la vie elle-même, dans différentes situations quotidiennes qui se produisent dans la rue, ce qui se reflète dans son travail. Il dit que c’est dans le reportage, dans la photographie de création que l’on fait le mieux. Il a maintenant en main une exposition sur la Galice en Normandie qui s’appellera ‘Terres du Nord’, bien qu’elle soit encore en préparation. “Probablement présent au printemps  prochain.

J’y ai plusieurs amis et j’ai exposé à plusieurs reprises”, explique-t-il. Vivre de la photographie est maintenant compliqué, raconte-t-il, bien qu’il ait vécu d’elle, comprend que, aujourd’hui, “a été popularisé et a changé les habitudes. Les gens aujourd’hui se contentent de la photo du téléphone et ne copient pas la photo sur papier”, regrette-t-il. Quoi qu’il en soit, il pense que les nouvelles technologies sont très utiles parce qu’elles offrent de nombreuses possibilités créatives à ceux qui, comme lui, aiment enquêter et faire des photos-montages.

L’artiste considère cet art comme une forme de vie à laquelle il doit ce qu’il est aujourd’hui. “Il m’a donné la possibilité de m’exprimer et j’ai pu tirer les préoccupations artistiques à travers mon appareil photo, j’apprécie quand je capte les images et j’apprécie quand les autres voient le résultat de mon travail. C’est comme un double plaisir”.